Portrait : Haruki (Contes nippons)

Églantine Gossuin nous trace le portrait d'Haruki, le personnage principal de sa nouvelle « L'Esprit des pivoines » que l'on retrouve dans notre anthologie Contes nippons. Un magnifique récit riche de magie, de sorcellerie et d'esprit vengeur non dénué d'un propos féministe toujours d'actualité.

Découvrons Haruki :

  • Sexe : femme
  • Signification de son prénom : « Soleil brillant »
  • Année de naissance : en 1257 le jour de Nichi Youbi soit le jour de l’astre solaire.
  • Lieu de naissance : Japon
  • Métier : apprentie herboriste
  • Animal préféré : Aki, son chat.
  • Ce qu’elle adore manger : les dorayakis – gâteau moelleux à la pâte de haricots rouges
  • Ce qu’elle déteste manger : de la morue !
  • Son porte-bonheur : sa pierre d’onyx – pierre de protection
  • Sa couleur favorite : le turquoise

L esprit des pivoinesIllustration : Romane Gobillot

Ses parents, Tenchi et Aiko disaient d’elle : « On ne possède pas Haruki, elle est comme le vent dans les cheveux, un instant vous frôlant comme une caresse, l’instant d’après courant tel l’ouragan à travers champs.» 

Dans le récit de « L’Esprit des pivoines », Haruki vient d’avoir 17 ans.

Ses parents sont décédés neuf ans auparavant au cours d'un dramatique accident. Élevée par ses grands-parents, elle a un lien très fusionnel avec sa grand-mère Chiharu.  

C’est une jeune femme spirituelle versant dans la magie blanche et les sciences occultes. Sa pratique préférée est la chiromancie. Gare, toutefois, à ne pas être accusée de sorcellerie ! Elle fait donc preuve d’une grande prudence sur ce qu’elle dévoile d’elle. Gagner sa confiance prend du temps.  

Dotée de traits raffinés, Haruki ne mesure pas sa beauté. Son regard franc et un petit nez retroussé, dissimulé en partie par ses longues nattes noires un peu lâches, mettent en valeur son visage.

D’une nature discrète et dotée d’un tempérament volontaire, Haruki a plutôt tendance à être dans l’observation et l’analyse. Cependant, elle ne supporte pas l’injustice et n’hésitera pas à se lancer à travers ronces et épines pour secourir son prochain.

Au sein de l’herboristerie familiale, elle emploie ses solides connaissances des plantes et de leurs usages pour soigner les corps blessés, les cœurs brisés. Cet endroit sert aussi à dissimuler l’atelier où elle exploite ses dons de magicienne.  

Il arrive que les combats qu’elle doit mener l’angoissent. À tel point qu’elle peut rester statique un long moment sans parvenir à récupérer ses moyens… Être magicienne, c’est ressentir aussi d’une façon décuplée les émotions, les sentiments… Mais c’est surtout percevoir au-delà des sens humains, d’une manière intense, les énergies du monde et de ses habitants visibles ou invisibles.

Le plus grand rêve d’Haruki est de pouvoir choisir sa destinée ! Mais à cette époque, une femme japonaise a-t-elle la moindre chance d’influencer réellement son destin lorsque viendra l’heure du mariage ? Cette question reste en suspens inlassablement dans son esprit.

 

En découvrir plus :

Nippon couv

Pensez à vous inscrire à la newsletter !

personnage japonaise Contes nippons médiévale anthologie

Ajouter un commentaire

 

Samedi 03 et Dimanche 04
nous serons à

la Fête du Sapin de Saulieu

Fete du sapin saulieu

avec Frédéric Gobillot, Elodie Greffe et Bérengère Bouffaut

Retrouvez aussi Minuit le samedi 04 à la Bibliothèque St Jean D'Arvey