anthologie

  • Portrait : Haruki (Contes nippons)

    Églantine Gossuin nous trace le portrait d'Haruki, le personnage principal de sa nouvelle « L'Esprit des pivoines » que l'on retrouve dans notre anthologie Contes nippons. Un magnifique récit riche de magie, de sorcellerie et d'esprit vengeur non dénué d'un propos féministe toujours d'actualité.

    Découvrons Haruki :

    • Sexe : femme
    • Signification de son prénom : « Soleil brillant »
    • Année de naissance : en 1257 le jour de Nichi Youbi soit le jour de l’astre solaire.
    • Lieu de naissance : Japon
    • Métier : apprentie herboriste
    • Animal préféré : Aki, son chat.
    • Ce qu’elle adore manger : les dorayakis – gâteau moelleux à la pâte de haricots rouges
    • Ce qu’elle déteste manger : de la morue !
    • Son porte-bonheur : sa pierre d’onyx – pierre de protection
    • Sa couleur favorite : le turquoise

    L esprit des pivoinesIllustration : Romane Gobillot

    Lire la suite

  • Portrait : Tiphaine de Monfort (Demain : Nos libertés)

    Avez-vous déjà exploré les dystopies de Demain : Nos libertés ?

    Non ? Pas encore ?

    Et si nos droits se voyaient brisés, écharpés par des interdits et des obligations impossibles ? C’est le principe de cette anthologie, toujours d’actualité.

    Aurélie Genêt et Hugues Blot ont écrit à quatre mains « Coupée en deux », ou quand la Capitale néglige la Province. Aujourd’hui, Hugues nous présente Tiphaine de Monfort, le bras droit de la Présidente française de sa nouvelle ; un portrait original en forme de court récit.

     

    Israel g04c8238d1 640

     

    Nous retrouvons Tiphaine de Monfort, la conseillère et amie de l’ex-présidente Charline Médrac, quelques années après la fin du mandat qui avait coupé la France en deux. Deux journalistes font le portrait de cette figure de la VIIe République.

    Lire la suite

  • Extrait : Oraison terrestre

    L'anthologie Terre Mère réunie par Cécile Durant regroupe des nouvelles de diverses sensibilités. Audrey Bergerat s'est appropriée le thème pour nous plonger dans le quotidien d'une famille qui vit au sein d'une communauté après l'apocalypse écologique. Leur quotidien entre leurs devoirs envers la communauté et leur vie va se trouver chamboulé lorsque leur leader Gaëlle doit céder sa place.

    Découvrez le début de cette nouvelle en cliquant sur la couverture :

    9782490647613

     

  • Prix MASTERSON 2021 : qu'en est-il de Kelach ?

    Le 29 août, les résultats du Prix Masterson sont tombés.



    Félicitation aux 3 oeuvres lauréates :

    • Roman Francophone : Déviation de Michel Fenris (Ed Prisma),
    • Roman étranger : L'Anomalie de Michael Rutger (Ed. Bragelone),
    • Anthologie: Étranges Floraisons (Ed. Clef d'Argent)

     

    Quant aux Éditions Kelach, nous avions proposé notre anthologie "Contes nippons" dont seules les nouvelles inédites pouvaient participer.
    Si notre anthologie n'a pas été retenue parmi les finalistes, notons qu'elle a été tout de même sélectionnée pour participer et, qu'en son sein, la nouvelle "8" de Rodolphe Le Dorner a été également  invitée à concourir.


    Pour une première et pour une ch'tite maison d'édition comme la nôtre, c'est plutôt pas mal.

    Alors bravo à tous les auteurs des "Contes nippons", en partciulier à Rodolphe dont le dyptique Virt(u)els vient de rejoindre Kelach. Bravo également aux 2 illustratrices et évidemment, nous n'oublions pas Cécile Durant pour son travail sur cette anthologie. 

    Nippon couv

    Et bien sûr, cher Masterson, nous n'en resterons pas là... Nous reviendrons car de nombreuses belles choses sont prêtes à éclore dans les semaines qui viennent, aux Éditions Kelach, cela va de soit !

  • Entretien : Églantine Gossuin pour Contes nippons

    Eglantine g

    Bonjour Églantine, après ton passage dans Fantastique au pays de Chièvres, les Lutins de Kelach ont le plaisir de te retrouver dans Contes nippons avec une nouvelle inédite. Question obligée pour les auteurs de cette magnifique anthologie : as-tu, un roman, un film ou plus généralement une œuvre japonaise qui t’a particulièrement marqué et, si oui, pourquoi ?

    >> Sans aucun doute les chefs-d’œuvre du cinéma d’animation d’Hayao Miyazaki. Je me remémore la toute première fois où je m’y suis plongée en visionnant Le Château ambulant ; quelle explosion de joie et d’inspiration ! Les couleurs, les musiques, les décors, l’envoûtement tout simplement dans lequel vous emporte chaque détail du film. Rien n’est laissé au hasard avec Mr Miyazaki. D’ailleurs, j’écoute régulièrement les bandes originales des films du studio Ghibli composées par Joe Hisaishi durant l’écriture.

    En ce qui concerne la lecture, je garde un souvenir très vif du roman de Takuji Ichikawa Je reviendrai avec la pluie, sa poésie m’a beaucoup émue.

    Je reviendrai avec la pluie

    « L’Esprit des pivoines » nous transporte en 1274 dans un Japon médiéval à la rigueur hiérarchique. Tu y mets en scène essentiellement des femmes et, de-ci de-là, tu évoques leur condition inférieure au sein d’une société patriarcale. L’écriture est-elle un moyen pour toi de faire passer des messages qui te sont chers ?

    >> Tout à fait, en tout cas j’aimerais que ce soit le cas ! Chanteur, dessinateur, poète, écrivain… Tous les artistes veulent faire passer des émotions, des messages textuellement parlant à leur public. Si nous prenons la parole à travers notre art, c’est pour donner quelque chose à autrui et par le retour que lautre nous en fait, l’œuvre prend vie.

    Amener une réflexion, un regard sur la condition féminine à cette époque, c’est à la fois permettre un contraste avec la société actuelle, mais aussi mettre en exergue un sujet bien d’actualité dans l’engouement du mouvement #Metoo.

    À l’heure du confinement où les chiffres relatifs aux femmes victimes de violence conjugale n’ont fait que grimper, où l’artiste, Hoshi, doit revendiquer son droit de chanter ses propres chansons, où les salaires des hommes sont encore plus élevés que ceux des femmes… La place de la femme dans la société se défend plus que jamais ! Je reste positive, bien entendu, les choses ont bien avancé et c’est là toute l’importance du contraste ! Mais il reste du chemin à parcourir pour qu’un jour, la femme soit pleinement l’égale de l’homme. Alors nous pourrons dire que la société aura enfin évolué.

    Scream

    À travers « L’Esprit des pivoines », je voulais donner la place aux femmes et montrer leur force.

    Toutes ces femmes, ces filles, ces mères, ces sœurs, ces grands-mères, ces amies… qui donnent naissance, élèvent, défendent, aiment, relèvent, travaillent, avancent… pour les leurs ; c’est une forme d’hommage que je leur rends en quelque sorte.

    Lire la suite


La Marche de l'Enfant-Saule

est arrivée en Ebook couleur.

9782490647668

Découvrez-le !

en promo jursu'au 25 janvier.