Interviews : Clémence Teixeira pour Demain nos libertés

Clemence t

Bonjour Clémence. Avant tout peux-tu te présenter à nos lecteurs ? Qui es-tu et surtout quel est ton genre de prédilection en littérature ?

>> Je m’appelle Clémence, j’étudie l’histoire parce que ça me passionne, parfois je voyage, d’autres fois je lis ou je joue, et le reste du temps, j’écris. C’est quelque chose qui me suit depuis des années. J’écris principalement de l’imaginaire, tout particulièrement de la fantasy, même si ces derniers temps j’essaie de m’ouvrir à d’autres genres, tout doucement, notamment par le biais de nouvelles relativement courtes. J’écris beaucoup de littérature jeunesse, c’est quelque chose d’important à mes yeux et de très riche, je trouve.

Ta nouvelle Tenna est parue dans la très intéressante anthologie dystopique réunie par Cécile Durant, « Demain : nos libertés ». Selon ma lecture, Tenna est un entre-deux, un monde entre la réalité et le virtuel. Est-ce bien cela ? D’où t’est venu le nom de « Tenna » ?

>> Oui, en quelque sorte, on peut dire que Tenna est un entre-deux. Il est virtuel parce qu’on ne s’y rend qu’en esprit, mais très réel dans ce qu’il peut infliger aux extracteurs comme Lara. On voit aussi que c’est un espace assez libre, en fin de compte. En y repensant, j’y vois presque quelque chose de proche de notre imagination : on y est sans l’être, on y est assez libre, mais il y a des limites et des obstacles. Pour le nom « Tenna », j’ai voulu donner un peu cet aspect quasi « monde parallèle », j’ai pris « Terra » et j’ai mis des N, tout simplement, parce que j’aime la sonorité, plus ronde, plus douce qu’un R.

 

Demain nos libertes

 

Ta dystopie est un monde sombre dans lequel même les souvenirs heureux sont contrôlés par les gouvernants. Les souvenirs sont le fondement de notre être et de notre personnalité ; peux-tu nous dire en quoi les dirigeants de Tenna voient dans les souvenirs une menace ?

>> Les souvenirs ont un côté double tranchant. En tant qu’éternelle nostalgique, je sais que les souvenirs ne nous aident pas toujours à aller de l’avant, mais je sais aussi que ça me terrifierait qu’on me prenne mes souvenirs heureux. Finalement, avoir le contrôle sur les souvenirs des gens, ça permet de contrôler en partie leur identité et leurs émotions, donc en tant que dirigeant, on peut faire plus ou moins ce qu’on veut sans rien craindre.

Hacker 2883632 1280

Si ta nouvelle est relativement courte, l’univers de Tenna est particulièrement riche et laisse entrevoir de multiples possibilités : cybernétique, virtuel, oppression ou onirisme pour n’en citer que quelques-unes.  As-tu écrit d’autres nouvelles dans le même univers ?

>> Pour le moment, je n’ai rien écrit d’autre dans cet univers, même si j’écris parfois de petits textes un peu dans le même ton et dans un univers dystopique proche. À vrai dire, je pense régulièrement à lancer quelque chose dans cet univers, notamment pour trouver d’autres manières d’écrire et sortir de ma zone de confort, mais je ne trouve pas réellement d’angle pour l’heure. Mais ce ne sont pas les envies qui manquent : j’aime beaucoup les histoires de résistance, surtout si je peux explorer à la fois le monde réel et Tenna.

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?

>> En ce moment, je travaille sur un one-shot de fantasy jeunesse. Contrairement à « Tenna », ça ne parle pas de souvenirs, mais ça parle beaucoup d’identité et de confiance. Je travaille aussi sur une série à quatre mains de contemporain/action teinté d’absurde, l’exercice me plaît beaucoup et ça me permet de vraiment sortir de ma zone de confort !

Quelles sont tes sources d’inspirations actuelles ?

>> Depuis toujours, l’œuvre de Pierre Bottero est une source d’inspiration immense qui m’a beaucoup influencée jusque dans ma vision du monde. Je ne peux pas nier non plus l’influence des romans La Passe-Miroir sur ma manière d’écrire et mon envie de mieux penser mes personnages, et pour le reste, je reste très classique dans mes inspirations : je sais que Harry Potter et les films du Seigneur des Anneaux m’ont beaucoup influencée et continuent de le faire.

Pierre bottero

Pierre Bottero

Et pour Tenna ?

>> Pour Tenna, c’est plus diffus. D’abord, j’ai écrit la nouvelle dans le cadre d’un défi avec certains mots imposés. Ce genre de défis me permettent toujours d’explorer autre chose, notamment d’autres genres comme la dystopie ici. J’ai beaucoup construit l’histoire autour des idées qui me venaient avec les mots. Dans la liste, il y avait dimorphe, soporifique, joie et éléphant, par exemple. J’ai eu l’idée, avec dimorphe, d’un monde un peu futuriste. Le reste m’a inspiré le fait d’endormir les gens pour leur prendre leur joie. En relisant, aussi, je me rends compte que l’ensemble me rappelle un peu la série Code Lyoko, que je regardais quand j’étais enfant. Sinon, je ne dirais pas avoir d’inspiration vraiment particulière pour le reste, l’esthétique un peu futuriste est assez classique mais me plaisait.

Peux-tu nous parler de Lara et de son travail ?

>> Lara, c’est une fille plutôt curieuse et empathique qui cherche à se débrouiller dans ce monde où tout ça n’a pas vraiment sa place. Du coup, elle a ce travail d’extractrice, en binôme avec Dean, qui est derrière un ordinateur. Son travail à elle consiste à aller sur Tenna, un espace virtuel et assez dangereux, pour récupérer et transmettre au gouvernement les souvenirs heureux de certaines cibles désignées à l’avance. Parfois, elle fait même quelques heures sup et doit carrément effacer les mémoires de personnalités gênantes écartées par le gouvernement. Bref, ce n’est pas un travail facile tous les jours, entre les dangers propres à Tenna et le fait de voler un bonheur auquel elle n’a pas droit. Mais tout ça, c’était avant qu’elle ne doive voler le souvenir d’André Legrand !

Surreal 4295436 640

Merci, Clémence, pour tes réponses. Je te laisse le mot de la fin :

>> Merci !

 

Découvrez la nouvelle "Tenna" de Clémence et bien d'autres dans notre anthologie in-con-tour-na-ble pour les fans de dystopies et de fictions : c'est ICI.

Entretien Demain : nos libertés Souvenirs Dystopie Révélation Virtuel Mystère

Les malefices de Maijo Les malefices de Maijo
Second extrait que nous publions des Contes nippons avec le début de la nouvelle "les ma...
  Sourtha
Si vous ne connaissez par l'univers d'Orobolan, nous vous invitons à le découv...
Sourtha

Ajouter un commentaire