UNE PLUIE DE DOUTES

  • Le 27/06/2020
  • Commentaires (0)
  • Dans Extraits

bandeau-une-pluie-de-doutes.jpg

Bonjour Anaïs.
C’est à ton tour de passer l’épreuve de l’interview avec ta nouvelle « Pluie de doutes ». Dans ton monde, la devise de la France est devenue « Vérité, Stabilité, Sécurité », des mots a priori vertueux que tu détournes à l’extrême. Penses-tu que toute médaille de vertu a son verso ?

C'est une première question bien difficile, mais forcément, toute idée, aussi moralement acceptable qu'elle puisse nous paraître, peut être détournée à des fins autoritaires. En faisant par exemple de la vérité une vertu absolue, par glissement, on peut dire qu'une omission est un mensonge, et que tout le monde doit tout savoir de tout le monde. Cela ne me paraît pas pour autant une idée acceptable. Aucune « vertu » poussée à bout n'est jamais vraiment bonne à prendre.

De toutes les nouvelles de Demain : Nos Libertés, ton univers est l’un des rares qui se rapproche le plus d’une Utopie et pourtant… Que réponds-tu à ceux qui, tel un Anakin Skywalker, voient en la dictature une acceptable solution pour le bonheur de tous ?

Il y a des gens qui pensent que l'être humain en soi n'est pas bon. Que trop de libertés révéleraient sa véritable nature : l'homme serait sauvage, cruel, prêt à tout pour satisfaire son ego, ses désirs les plus futiles.
Comment peut-on être soi-même humain et croire cela ?
Je sais que l'on peut faire des mauvaises rencontres, mais je crois surtout que c'est souvent la croyance en une hiérarchie (qu'on se sente supérieur ou inférieur) qui crée la violence. On humilie ou harcèle, car en rabaissant l'autre on a l'impression de guérir sa mésestime de soi. Ou bien on ignore et on laisse les autres souffrir, car ils ne sont pas aussi méritants que nous. Pire, on les réprime, car s'ils sont mécontents, malheureux, misérables, on pense c'est de leur faute, et leur parole ne vaut rien. La dictature, finalement, serait l'affirmation de cette dernière croyance.

Si les questions sont au centre de cet interview, leur idée même est au cœur de ta nouvelle, dans une France où le point d’interrogation est proscrit. La liberté de se questionner, donc la liberté de pensée, est-elle selon toi, LA liberté fondamentale, celle qu’il faut absolument préserver avant tout autre ?

La plus importante, je ne sais pas. C'est probablement une liberté de laquelle découlent plein d'autres : la liberté de parole, la liberté de manifestation, par exemple. Si on ne se questionne pas, comment peut-on parler ? On parle bien de « questions » sociales, existentielles, entre autres. Le véritable questionnement – celui qui n'est pas rhétorique – est la base de la réflexion. Souvent il vaut mieux écouter quelqu'un qui pose les questions plutôt que celui qui prétend avoir les réponses.

Aujourd’hui, plusieurs penseurs, philosophes et de rares politiciens considèrent que notre société tend, voire cherche, à abêtiser les populations afin de mieux les manipuler et les rendre inaptes à juger autrement que superficiellement les actes de nos gouvernements.
Considères-tu que certaines formes de programmes télévisuels, de médias et même de réseaux sociaux participent à cet abrutissement des foules, les éloignant d’une culture véritable de réflexion ?

Il n'y a pas de doute. En programmant certaines émissions de « débats », en laissant la place à certains « polémistes », et même à certaines personnes qui se disent « philosophes », ce n'est pas l'esprit critique qu'on cherche à développer chez le téléspectateur ou l'auditeur. On ne cherche peut-être pas à « abêtiser » la population à tout prix, en revanche, il est clair qu'on sous-estime grandement la capacité du public à réfléchir par lui-même. « Se divertir » et « se vider la tête » sont parfois synonymes dans la bouche de certaines personnes. Comme si un quelque chose de construit prenait forcément la tête. Je ne pense pas, pour citer deux  œuvres très connues, que Kaamelott ou Harry Potter « prennent la tête » et pourtant, ne serait-ce qu'humainement, les deux nous apprennent bien plus que certains programmes TV.

Merci, Anaïs, pour la pertinence de ta nouvelle et de tes réponses ; comme pour tous tes prédécesseurs, je te laisse le mot de la fin.

Merci à Kelach d'avoir permis la création de ce recueil dystopique, en espérant que ces nouvelles touchent les lecteurs !

 

Et maintenant, place au début de

Une pluie de doutes

 

Retrouvez notre anthologie Demain : nos libertés et toutes nos parutions sur le site des Éditions Kelach.

Kelach 2

 

 

 

 
Les Contes de l'Arc-en-Ciel Les Contes de l'Arc-en-Ciel
Bientôt disponible aussi en numérique dans sa version corrigée, dé...
  SALON VIRTUEL : mon retour
Petit retour sur ce premier Salon Virtuel auquel je participe ; salon né à l'i...

Ajouter un commentaire

 

Les mystères des yokaî at autres créatures fabuleuses

vous attendent dans notre anthologie Contes nippons
 

Couverture finale corrigee

 15 nouvelles illustrées pour rêver ou trembler.