COUPÉE EN DEUX

  • Le 22/04/2020
  • Commentaires (0)
  • Dans Extraits

Bonjour
Aurélie, bonjour Hugues.

« Coupée
en deux » est la seule nouvelle de l’anthologie « Demain : Nos
libertés » à avoir été écrite à 2. Pouvez-vous nous éclairer sur le
processus que vous avez suivi pour générer cette histoire ? De quelle
manière vous répartissez-vous le travail ?

Hugues >> Tout est parti d’un article publié par Aurélie sur le site de notre communauté d’écrivains. Elle y relatait ses expériences d’écriture à quatre mains. Comme j’avais envie de découvrir l’exercice, je lui ai fait part de mon intérêt. Nous étions tous deux très tentés par l’appel à texte de Kelach, nous sommes donc  partis ensemble dans cette aventure.
La répartition du travail s’est faite très naturellement, et nous pouvons révéler que nous ne nous sommes pas partagés la création de façon compartimentée : ce fut une réalisation en osmose, c’est peut-être pour cela que ça a plu. Nous avons développé le récit sur une trame qui nous convenait à tous deux.
Disons que j’ai élaboré une première version très générale de l’histoire, et nous avons affiné l’intrigue au cours de nos échanges. Le même processus a été mis en œuvre avec les personnages, dont certains ont été éliminés, car ils n’apportaient rien à la narration. Je « produisais » des blocs que je soumettais à Aurélie, et elle m’envoyait en retour ses propres idées, ses propositions de transitions, et surtout effectuait un travail conséquent sur le style.
Les échanges ont duré plusieurs mois, et je n’ai jamais eu l’impression que ça bloquait entre nous. Un souffle plein d’énergie créatrice nous a finalement permis d’achever la nouvelle, en étant tous deux satisfaits du résultat de nos efforts, et du destin de nos personnages.

Aurélie >>je n'ai rien à ajouter. Nous avons fait au fur et à mesure, sans prévoir de distribution stricte des rôles et ça s'est très bien passé. Ce fut un plaisir que d'écrire cette nouvelle.

Du
fait du thème de votre nouvelle, j’aimerais savoir : vivez-vous en milieu
citadin ou en milieu rural ? Est-ce que cela a influencé votre
sujet ?

Aurélie >> Je vis en milieu rural, et c'est ce qui me correspond. Cependant, j'ai vécu ma petite enfance en ville, mon père n'ayant alors pas fini ses études, et j'y suis moi-même retournée plusieurs années en tant qu'étudiante, ce qui m'a permis de faire un choix de vie en connaissance de cause et pas sur des préconçus. Dans ma vie quotidienne, je mesure le sentiment croissant d'abandon des ruraux et la méconnaissance que peuvent avoir certains citadins des réalités de cette campagne. Le thème me parlait donc.

Hugues >> J’ai grandi tour à tour en ville et en pleine campagne, ce qui fait que j’ai en quelque sorte une « culture hybride ». Je me suis toujours questionné sur cette coupure avec la terre et la « vraie vie » que représentait pour moi la ville. Comme beaucoup, j’ai choisi de vivre en milieu urbain pour des raisons professionnelles et familiales (les études des enfants), mais je me sens bien mieux dans la nature. Je vis actuellement dans une petite ville, mais projette de retourner en milieu rural rapidement, car il m’est difficile de trouver un épanouissement dans un monde de béton. Cela ne s’accorde pas vraiment avec mon idée du bonheur, même si j’apprécie les infrastructures dédiées à la Culture que l’on peut trouver dans les villes. Par ailleurs, le sujet de ce « divorce » dystopique entre ville et campagne nous intéressait tous les deux.

« Coupée en deux » parle, en effet, de cette dichotomie entre le monde rural et les villes ; une fracture que vous poussez jusqu’à son paroxysme. Pensez-vous qu’aujourd’hui, après, entre autres, le mouvement des Gilets Jaunes, la population citadine est à même de comprendre les difficultés rencontrées dans le milieu rural ?

Hugues>> Honnêtement, oui. Je pense qu’aujourd’hui, si les problématiques ne sont pas les mêmes, l’ensemble de la population, rurale et citadine souffre des conséquences de cette mondialisation économique mal maîtrisée, et que chacun est conscient des difficultés de l’autre. Les trajectoires de vie, contraintes par la recherche d’un emploi, peuvent mener en milieu urbain ou rural. Les familles sont également plus éclatées sur l’ensemble du territoire. La mobilité forcée, qui intéresse tant les sociologues et spécialistes du monde du travail, fait que la même personne se verra cataloguée « bobo des villes » un jour, et « bouseux de la cambrousse » le lendemain, en fonction de cette fameuse mobilité orchestrée par les employeurs. On pourrait inverser la question, et répondre que le milieu rural est également à même d’appréhender les difficultés de la population citadine.

Aurélie>> Pour ma part, je pense que non. Si certaines difficultés ou certains modes de vie sont généralisés, la méconnaissance est trop grande. Bien sûr, certains passent d'un monde à l'autre, mais ce n'est pas la majorité. Je crois que l'on va vers un accroissement de la désertification des campagnes, celles vivantes et actives, en faveur d'une campagne « dortoir ».

Vous
avez opté pour une dichotomie marquée entre une ville très épurée et futuriste
opposée à un village très brut et à la technologie usée. Pourquoi avoir choisi
un tel gouffre entre les deux mondes ? Est-ce un reflet de votre
ressenti ?

Hugues >> Pour soigner l’aspect dystopique, nous voulions creuser un large fossé entre villes et campagnes. Je remarque un mouvement croissant qui transforme nos cités en villes-musées, dont les quartiers populaires disparaissent peu à peu. Dans le même temps, les services publics comme la Poste ferment dans nos villages, et les petits commerçants font faillite, mangés par la concurrence de la grande distribution. Hormis pour le déploiement de l’internet, j’ai donc l’impression que les milieux ruraux sont de plus en plus délaissés, faute de volonté politique et de budgets suffisants. Je fais aussi le constat que les populations des villes souffrent mille maux.

Aurélie>> L'aspect dystopique rendait nécessaire d'exagérer quelque peu les choses, parce que les pousser à l'excès permet de mieux réaliser ce qui dysfonctionne. Mais comme je le disais précédemment, je pense qu'on va vers toujours plus d'urbanisation. Et, déjà, on voit un phénomène se produire : les retours à la campagne sont le fait de ceux qui fuient une forme de modernité pour une ruralité fantasmée, plus « primitive » qu'elle ne l'est en réalité.

Vous
n’êtes pas très tendre avec la classe politique. Pensez-vous que tout acte
n’est que calcul électoral ?

Hugues >> On observe une forme de rejet de la classe politique, dont la parole apparaît toujours plus inaudible. Le phénomène n’est pas récent, mais semble s’amplifier avec le temps. J’aurais malheureusement tendance à penser qu’une partie de l’action politique est dictée par des calculs électoraux, ou le résultat de renoncements difficiles à justifier.

Aurélie>> Disons qu'on peut s'interroger sur bon nombre de décisions. Je continue à espérer qu'il existe des gens qui veulent agir pour le bien commun, même dans la classe politique. La nouvelle est une projection de la pire interprétation : quand le cynisme et la manipulation l'emportent sur tout le reste.

Est-ce
que vos personnages principaux, Simon et Myrtille, sont le reflet de vos personnalités respectives
?

Hugues >> Pas du tout ! Je projette très peu de moi-même dans mes personnages. J’essaie au contraire de les construire en les parant de qualités et défauts que je pourrais deviner ou imaginer chez autrui. Toutefois, je m’inspire parfois directement de personnes que j’ai pu croiser dans la vraie vie pour brosser un portrait réaliste.

Aurélie >> Pas spécialement. Mais ils restent un vecteur pour faire passer des idées, qu'ils les partagent ou pas avec leurs auteurs.

 Le mot de la fin est pour vous :

Aurélie >> J'ai apprécié ce travail à deux, d'autant que nous nous sommes bien complétés. Le thème de l'anthologie m'avait tout de suite interpellée et je suis contente que notre nouvelle ait été choisie.

Hugues >> L’expérience de la création à quatre mains est très enrichissante. Je recommande à tous les passionnés d’écriture de tenter l’expérience. Je remercie encore une fois les éditions Kelach pour la publication de cette merveilleuse anthologie.

Après cette papillonnante discussion, je vous laisse découvrir les premières pages de la nouvelle "Coupée en deux" que vous retrouvez dans l'anthologie "Demain : Nos Libertés." aux éditions Kelach.

Editions Kelach

https://issuu.com/gobillotfrederic/docs/coup__en_deux_extrait

APPEL à TEXTES : Légendes Urbaines
  Les éditions Kelach recherchent, pour leur collection Forêt des Mal&e...
  APPEL à TEXTES : Terre-Mère
Suite aux bouleversement de notre planning de parutions, nous avons décidé de reporter la parution ...

Ajouter un commentaire

 

Et si vous participiez à notre Concours de Dessin
"Dessine-moi un Dragon" ?

à l'occasion de la sortie du premier dit de
Angelica Brise Contre les Dragons

Angelica brise t1 1

Concours pour les 7-77 ans et plus.
Clôture des participations les 30 novembre

cliquer sur la couverture pour en savoir plus.

et bientôt notre calendrier de l'Avent avec des jeux et des cadeaux à gagner... 

Et pour Information :
durant le confinement,
notre boutique en ligne reste ouverte.

et de nombreux libraires pratiquent le clic and collect via leur site (soutenez-les / soutenez-nous)